Interview du photographe Vincent Giot

Comment réussir ses photos ? Cette question, nous l’avons posée à Vincent Giot, photographe amateur et passionné. Dans cette interview, il nous livre ses trois ingrédients secrets : un fil rouge, une bonne dose de culot, et un brin de jusqu’au-boutisme.

Le photographe Vincent Giot

Vincent Giot dévoile ses astuces de photographe

« Depuis toujours, je transmets mes émotions à travers la photographie »

Comment est née votre passion pour la photographie ?

« Ma passion pour la photographie est née à travers le voyage : depuis tout petit, j’ai eu l’occasion de voyager. Avec mon petit appareil photo, j’ai commencé à transmettre mes émotions à travers la photographie. Une passion qui ne m’a jamais quitté depuis ! »

Quel a été le déclic ?

« J’ai suivi une formation à l’Atelier Contrastes, à Bruxelles. Entouré de photographes professionnels d’univers très différents, j’ai pu confronter mes photos à un regard critique. Cette formation m’a fait comprendre l’importance de la cohérence entre les photos. Cela a vraiment a été un déclic pour moi, dans ma démarche de photographe amateur.

Je pense aussi que c’est une richesse que d’avoir un œil critique sur ses photos : c’est indispensable pour évoluer. »

« Mes conseils : un fil rouge, du culot et du jusqu’au-boutisme »

En tant que photographe amateur, comment avez-vous fait pour exposer vos photos ?

Le reflet des maisons de Toscane dans l'eau

Dolce Toscana – © Vincent Giot

« Avec une bonne dose de culot ! (Rires) Il y a deux ans, je souhaitais passer mes vacances en Toscane, et prendre quelques photos de la beauté des paysages de cette région de l’Italie. Mon budget photo étant assez réduit, j’ai cherché un organisme intéressé par ce projet photo. Et justement, la Chambre de Commerce Belgo Italienne organisait un salon sur l’Italie, à Bruxelles !

Je leur ai proposé d’exposer mes photos, à mon retour. Je suis parti avec la crainte de rentrer bredouille et, finalement, ça a bien fonctionné : j’ai trouvé le fil rouge dans les paysages et la douceur de vivre de la Toscane. C’est ainsi qu’est née la série Dolce Toscana, qui a ensuite été exposée au Heyzel, à Bruxelles. »

Quels conseils donneriez-vous à un photographe débutant ?

« Je dirais que le principal, c’est de trouver le fil rouge entre les photos. D’une photo à l’autre, il faut trouver une cohérence : c’est elle qui va transmettre le message et sublimer la série de photos.

Ensuite, une fois que vous avez trouvé votre fil, allez au bout de votre démarche photographique ! C’est ce que je trouve génial dans la photographie, cet aboutissement de la démarche. Ne laissez pas vos photos sur un disque dur : conceptualisez-les à travers un livre photo ou une exposition, et partagez ainsi votre fil rouge. »

Faut-il un appareil de pointe pour prendre de belles photos ?

«Selon moi, il existe deux grands types de photographes : d’un côté, les hyper techniques, de l’autre, les hyper créatifs. J’appartiens plutôt à cette deuxième catégorie : je privilégie l’œil de l’artiste à l’appareil.

Même si c’est mieux d’avoir un bon appareil photo, je pense qu’on peut déjà faire de belles photos avec un simple smartphone. » (NDLR : lire à ce sujet l’article « Comment réussir ses photos avec un iPhone ?)

« Photographier, c’est transmettre un message »

Photographie d'un Hindou par Vincent Giot

Indigo – © Vincent Giot

Comment faites-vous pour trouver ce fameux fil rouge ?

« Avant de partir en voyage, je regarde énormément les livres de photographe, et je me renseigne un maximum. Ma démarche est alors bien claire et définie dans ma tête. Pour la série Indigo, par exemple, j’ai voulu accentuer sur les couleurs, la beauté des portraits et le côté positif des gens.

C’est vraiment un conseil que je voudrais donner aux photographes amateurs : se documenter et regarder un maximum les réalisations d’autres photographes. C’est pour cette raison que j’ai créé le blog www.welovephoto.eu, où je rassemble les interviews et livres de photographes que j’admire.

Avec l’expérience, ma démarche a évolué et, aujourd’hui, j’essaye plutôt d’imaginer l’expo ou le livre photo avant même de construire ma série. Mais pour cela, il faut avoir réalisé pas mal de séries avant. »

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Mes photographes préférés sont Raymond Depardon, Nicolas Springael, Carl de Keyzer et Stephan Vanfleteren. Mais je ne m’inspire pas uniquement de photographes professionnels : je regarde souvent des sites comme 500px.com, qui rassemblent des milliers de photographies.

Au début on est un peu déprimé, car on se rend compte qu’on n’est pas le seul à faire des photos. Et puis on se rend compte que tout le monde peut prendre une belle photo : le vrai défi, c’est d’en faire une série cohérente et de dégager un message. »

Le regard d'une mendiante en Inde

« Ma photo préférée ? Ce regard d’une mendiante en Inde, au Rajasthan. »

Et la suite ? Vincent Giot est en train de créer une nouvelle série par rapport à la Thaïlande. Il ne nous en dit pas plus pour le moment, mais il nous tiendra au courant de la suite de ses aventures !

Pour découvrir le magnifique travail de Vincent Giot : www.vincentgiot.com

Share on Facebook0Share on Google+0Pin on Pinterest0Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *